Les allégations santés autorisées

Les marques promettaient monts et merveilles. Après quatre années d'évaluation scientifique, menée par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), la Commission européenne a adopté une liste de 241 allégations de santé portant sur des produits alimentaires.
 
Cette liste est l'aboutissement d'un long processus de validation débuté en 2008. Les Etats membres de l'UE ont soumis une liste de 44 000 allégations de santé, que la Commission a réduit à 4 600. Sur celles-ci, 241 ont reçu le feu vert, et 1 600 ont été interdites. L'examen se poursuit pour 2 200 autres. La liste des allégations autorisées (en anglais) peut être consultée en ligne sur le site de la Commission .
 
Prônant les bénéfices du calcium pour la santé osseuse ou encore de la vitamine C pour le système immunitaire, ces allégations de santé sont désormais autorisées à apparaître sur l'étiquetage, les emballages et les publicités des denrées alimentaires concernées.
 
"La décision d'aujourd'hui est le fruit d'années de travail et marque une étape importante dans la réglementation des allégations de santé accompagnant les denrées alimentaires. La liste des allégations autorisées, valable pour l'ensemble de l'Union européenne (UE), pourra être consultée en ligne et permettra aux consommateurs, où qu'ils se trouvent dans l'UE, de faire leur choix en connaissance de cause", explique John Dalli, commissaire à la santé et à la politique des consommateurs.
 

Toutes autres allégations santé sera assimilée à de la publicité mensongère et sera donc interdite. Les marques disposent d’un délai de six mois pour respecter les termes de la législation. A l'issue de ce délais, toutes les allégations seront interdites à partir de décembre 2012.