Imprimer

Vendre son restaurants, les conseils de Michel ZHANG, consultant

L'achat de sa résidence principale est certainement l'investissement le plus important de sa vie.

Le deuxième plus important est probablement l'achat ou la vente de sa propre entreprise.

Lorsqu'il s'agit de vendre votre entreprise, vous prenez une décision qui " affecte votre vie ".

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les exploitants vendent leurs entreprises. Peut-être qu'il est temps de prendre votre retraite ; peut-être que le rendement de l'entreprise est si mauvais que vous êtes incapable de payer vos dépenses ; parfois, c'est une question d'épuisement professionnel ou peut-être que vous souhaitez déménager ailleurs ; peut-être votre relation personnelle est-elle terminée ; ou peut-être êtes-vous malade - mais quelle que soit la raison, vous devez planifier une cession ordonnée de votre entreprise à un nouveau propriétaire.

"Il est important de bien préparer sa stratégie de sortie", indique Michel ZHANG du cabinet "A votre service", consultant reconnu, qui a déjà assisté plusieurs dizaine de gérants dans toutes les étapes de la cession d'un restaurant.

Pour commencer il est nécessaire d'établir une évaluation du restaurant avec toutes les informations pertinentes, ceci afin d'avoir une idée de la valeur de marché dans le climat économique. Pour cela, il faut réunir tous les renseignements financiers, et notamment les 3 derniers bilans et les chiffres à jour sur l'année en cours ; une copie du bail en cours ; une copie de la licence IV et du permis d'exploitation; une copie des demandes de travaux. Ce rapport est l'occasion de faire une synthèse des recommandations qui pourraient aider dans la vente de l'entreprise.

Il faut ensuite vérifier si le prix de vente estimé correspond à ce que le vendeur recherche, et si oui débuter la recherche d'un acquéreur, si besoin à l'aide d'agence immobilière spécialisée. Il est également possible de rechercher un acheteur de gré à gré, et dans ce cas il conviendra de limiter les couts et frais de publicité.

"Une des étapes les plus difficile est la gestion de l'établissement une fois la promesse de vente signée. En effet, au cours de cette période, le vendeur devient limité dans ses capacités à agir, et ne souhaite plus engager de grande dépense. Les salariés eux peuvent s'inquiéter de leur avenir et cela entraine souvent des difficulté dans l'exploitation. C'est là que notre métier de conseil prend tout son intérêt." indique Michel ZHANG.

Une fois la vente finalisée, il convient de sécuriser la date de transfert et d'assurer le transfert des permis et licences.

Tout au long du processus de vente, il est important de tenir les acheteurs potentiels au courant de l'activité.

Une fois que les parties sont d'accord sur le prix, intervienne les avocats pour finaliser les modalités et conditions de vente de l'entreprise. Il est possible de céder le fond de commerce, ou directement la société. Le choix doit également prendre en compte les considérations fiscales. Dans le cas de la cession de la société, les avocats devront négocier une clause de garantie de passif permettant de garantir l'acheteur de mauvaises surprises éventuelles.

"Il est parfois également nécessaire de négocier entre l'acheteur et le propriétaire pour la cession du bail ou, si nécessaire, la préparation d'un nouveau bail" ajoute Michel ZHANG.